La délivrance des médicaments

Le dialogue entre le pharmacien et le patient est la clé pour délivrer un bon conseil, un espace confidentiel mettra le patient à l’aise et fournira plus de détails par rapport à son malaise, ainsi le conseil sera meilleur.

Quelques règles fondamentales

Pharmacien derrière le comptoir

Le dialogue entre le patient et le pharmacien doit s’établir préférentiellement dans une zone de confidentialité. Cet espace privilégié de l’officine permettra la création d’un climat de confiance. L’interrogation du patient sera dirigée de façon à recueillir des informations précisant le caractère et le fondement des plaintes du malade : évaluation de la gravité du symptôme, précision du contexte, degré d’urgence …

Aussi, le pharmacien conseillera son patient en se fondant sur la symptomatologie. Si le symptôme est bien décrit, isolé, d’apparition récente et survient chez un sujet par ailleurs en bon état général, le conseil est approprié. En revanche, si le symptôme est mal défini, installé depuis un certain temps (ou chronique), voire déjà traité sans succès par le patient (automédication), l’orientation du malade vers le médecin est impérative.

Pour le conseil, il faut également prendre en considération les points suivants :

  • Le terrain : nourrisson, enfant, femme enceinte & personne âgée
  • Le contexte physiopathologique : survenue d’un symptôme au cours du traitement d’une maladie déjà installée (aiguë ou chronique), survenue d’un symptôme dans un contexte particulier (par exemple éthylisme)
  • Le contexte social : évaluer les risques d’inobservance


Source : Conseils à l’officine J.P belon 7ème édition, Edition Masson pages 32 et 33

TN.PDTT.14.09.25